Retour  l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols

Chronique de Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols

Sex Pistols  - Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols (Album)

John Constantine Hellblazer ? Naaaaaaaaaaaan !



Quelle était la situation du hard rock en 1977 ? Pas forcément très glorieuse... Le style commençait à s'essouffler et était en pleine perte de vitesse. Les kids commençaient à en avoir marre des soli à rallonge, le progressif commençait déjà à gêner par son côté pompeux, certains groupes comme Uriah Heep ou Queen s'attiraient des foudres par leur côté baroque (High And Mighty et A Day At The Races, sortis tout deux en 1976, partaient dans tous les sens). AC/DC n'avait pas encore conquis l'Europe, mais ce n'était qu'une question de temps, Let There Be Rock s'annonçant comme le disque anti-punk par excellence. Black Sabbath et Rainbow étaient déjà à leur zénith, Led Zeppelin amorçait son déclin... Motörhead attendait encore son heure... Les dinosaures du genre commençaient déjà à lasser en Europe et une révolution musicale était attendue. Et cette révolution viendra de la jeunesse désoeuvrée de Grande Bretagne, décidément un pays qui aura eu une grande influence sur le rock, qui aura permis l'émergence de styles important pour la suite avant d'être saigné à blanc...

Nevermind The Bollocks Here's The Sex Pistols n'est pas le premier disque du genre. Il est juste l'arbre qui cache la forêt, le disque que l'on brandit en étendard quand on cherche à définir ce qu'est le punk alors que le mouvement a plus d'un visage (comment ne pas passer sur le côté pop d'un Generation X mené par un Billy Idol des plus convaincant ?). On en revient au problème de ces groupes qui cachent les autres de leur aura, l'autre exemple parlant étant Nirvana dont le Nevermind (clin d'oeil aux Pistols justement) qui sert de référence alors que de nombreux disques d'autres groupes pourraient le faire avec bien plus d'intérêt.

Qu'est-ce que la musique des Sex Pistols ? Du rock'n'roll décomplexé, mais sans réelle mélodie, un groupe pas franchement en place, dont les musiciens ne s'entendaient pas. Une attitude "fuck you" menée par Johnny Rotten, un bras d'honneur à la société, une présence irrespectueuse pour toute forme d'autorité, un message qui tranche radicalement avec le satanisme de Black Sabbath ou l'ésotérisme assumé d'un Led Zeppelin. Sid Vicious, auquel Lemmy désespérait d'apprendre la basse, jouera sur cet album, avant de se voir remplacé par Glen Matlock. Inutile de s'appesantir sur les raisons de ce changement, il en est presque anecdotique, quoique représentatif de l'esprit du groupe à cette époque, groupe dont les membres ne s'appréciaient pas. Bref, c'est rageur, ce n'est pas franchement mélodique, c'est extrêmement monolithique vu que les riffs ne varient pas des masses, les textes sont plus dégueulés qu'autre chose. Il se dégage un sentiment d'urgence tout du long, un radicalisme qui ne peut se régler que sur des titres courts et vindicatifs.

Bien entendu, il y a les deux morceaux phares, porte-étendards d'une génération, God Save The Queen et Anarchy In The UK, qui depuis sont devenus des hymnes et souvent le résumé de ce qu'est le punk. Encore deux arbres qui cachent la forêt. On ne peut nier le côté culte, mais on peut sans peine avancer que d'un point de vue purement musical, c'est pauvre et l'intérêt limité, surtout quand on jette une oreille sur ce qui se faisait à la même époque, dans un style pas forcément similaire mais qui répondait à la même étiquette. Il faut dire que les Sex Pistols, c'est du basique de chez basique. Riffs bateaux sur une rythmique décalée, chant approximatif et une incapacité à restituer tout cela pleinement sur scène, ce qui mènera au split du groupe a peine la tournée de soutien à cet opus achevée. Novateur ? A peine, quelques groupes ont émergé dans le genre avant eux. Chanceux ? Oui, si l'on considère que Anarchy In The UK a été un single portable et en même temps, comment ne pas sourire quand la mentalité "fuck the system" se heurte au mercantilisme de base ?

Musicalement, c'est donc très bancal. Un bon défouloir qui a l'époque semblait presque nihiliste dans sa forme (et encore... l'ombre du Bombardier planait déjà...) mais qui avec le recul, n'ai qu'un intérêt historique car culte, une dénomination qui permet de classer tout et n'importe quoi et de crier au génie, ou comment excuser un manque de talent, voire parfois d'intégrité. Et on rejoint encore une fois Nirvana dont le statut de groupe culte est contestable pour des raisons évitables, même si on ne peut nier l'impact qu'ont eu les albums. Mais impact n'est pas synonyme de qualité. Un défouloir n'est pas forcément une réussite. Bref, cet album est un petit moment de rock'n'roll cradingue, mais pas une claque musicale, loin de là.

Pour les curieux du genre, il y a bien mieux. Prenez le London Calling des Clash, le The Crack de The Ruts (Babylon's Burning est un pur joyau du genre, bien plus explicite qu'il n'en a l'air), ou encore le City Baby Attacked By Rats de GBH au rendu presque thrash pour l'époque. D'autres groupes sont également très recommandables, comme les Buzzcocks ou Generation X, rien que pour la Perfide Albion, avant de se jeter sur un Discharge par exemple, pour la scène US. Les Sex Pistols sont l'arbre qui cache la forêt et souvent le nom que l'on cite par réflexe quand on cause du punk. Presque une supercherie quand on compare ce disque avec les autres mentionnés, mais bon, les vainqueurs de l'Histoire ne sont pas toujours les plus méritants. C'est peut-être ça au fond le punk ?



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 4 commentaires précédents
Tout à fait d'accord avec la chronique même si l'attaque sur Nirvana me hérisse le poil.
sam. 12 févr. 11- 14:35  
Un album culte plutôt grâce à Sid Vicious (qui était très loin d'être un bon bassiste) et consorts plutôt qu'à un réel talent musical. Tout le monde est d'accord là-dessus.
ven. 1 juil. 11- 13:37  
Hum, je ne voudrais pas vous couper dans votre élan, mais Sid Vicious ne joue que sur un seul morceau du disque ("Bodies"). Les lignes de basse de presque tous les autres morceaux ont été enregistrées par Steve Jones, le guitariste.
sam. 2 juil. 11- 13:18  


Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols - Infos

Voir la discographie de Sex Pistols
Infos de Never Mind the Bollocks, Here's the Sex Pistols
acheter sur Amazon
Sortie : 1977
Genre : Punk, Séisme Musical De Grande Ampleur
Label : Virgin
Playlist :
1. Holidays in the Sun (3:22)
2. Liar (2:41)culte !culte !
3. No Feelings (2:56)culte !culte !
4. God Save the Queen (3:20)culte !culte !listen
5. Problems (4:11)culte !culte !
6. Seventeen (2:02)culte !culte !
7. Anarchy in the UK (3:32)culte !culte !
8. Bodies (3:03)culte !culte !
9. Pretty Vacant (3:18)culte !culte !
10. New York (3:07)culte !culte !
11. E.M.I. (3:10)culte !culte !
écouter : Ecouter l'album



Sex Pistols

Sex Pistols
Sex Pistols
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Autre
Origine : Royaume-Uni




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Into The Wild
Into The Wild
2011

Chronique de Equator
Equator
1985

Chronique de Fallen Angel
Fallen Angel
1978

Chronique de Firefly
Firefly
1977

Uriah Heep
Uriah Heep
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rainbow
Rainbow
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Led Zeppelin
Led Zeppelin
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In Utero
In Utero
1992

Chronique de Nevermind
Nevermind
1991

Nirvana
Nirvana
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Grunge
Origine : États-Unis


Discharge
Discharge
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hardcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: