Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Darkly, Darkly, Venus Aversa

Chronique de Darkly, Darkly, Venus Aversa

Cradle Of Filth  - Darkly, Darkly, Venus Aversa (Album)

 7 
10

Cradle de retour ? Oui, non, peut-être, je ne sais pas



Pour Cradle Of Filth, il y a clairement un avant et un après. Avant et après quoi ? Midian, le dernier album à faire l'unanimité chez les fans ou presque, un disque charnière dans leur discographie avant que les incessants changements de line-up et une volonté de changer le son ne créés un fossé entre le groupe et son public. Ponctué de hauts et de bas, sans être catastrophiques (Thornography étant souvent considéré comme complètement raté à cause de son orientation particulière, plus abordable et à l'image d'un St Anger de Metallica, complètement anti-commercial vu l'identité forte des deux formations, qui avançaient ici à contre-courant.).

Cradle Of Filth semble avoir été relégué comme groupe de seconde zone. Si la presse lui accorde toujours une double page au minimum, les fans, eux, se sentent moins concernés par les albums et Godspeed Of The Devil Thunder n'est pas forcément la pièce idéale pour retrouver une partie de son auditoire ayant déserté les rangs depuis un moment, car manquant de relief et de profondeur. La bande à Dani Filth revient fin 2010 avec ce Darkly, Darkly, Venus Aversa qui se veut une nouvelle progression, une envie de retrouver, ou au moins toucher, la gloire passée. La jaquette évoque un retour aux sources éloquent, même si la qualité graphique n'est plus la même. Et encore une fois, on se retrouve avec un thème central à l'ensemble. Cette fois-ci, il concerne Lilith, chassée de l'Eden pour avoir refusé d'avoir des rapports sexuels avec Adam (comme quoi, la déconsidération de la femme ne date pas que de hier. A ce niveau, c'est avant hier) et on la suit à travers le temps, passant par les Templiers et l'époque Victorienne, le tout teinté de macabre, d'horreur, d'occulte et bien sûr, d'érotisme.

Ce qui frappe d'entrée de jeu, c'est cette absence d'introduction, elle qui est une constante depuis les débuts de la formation anglaise. Très vite, on se retrouve confronté à une brutalité peut coutumière, avec des riffs aux relents thrash. A l'instar de Thornography, le côté symphonique est moins présent, moins immédiat. En revanche, tout est plus rapide, plus syncopé. Le chant de Dani se veut hargneux, différent de celui qu'on lui connaissait sur des oeuvres comme Cruelty And The Beast ou Nymphetamine. On retrouve bien sûr des choeurs soignés, les interventions féminines de bon aloi... Mais Sarah Jezebel Deva ayant décidé de voler de ses propres ailes, c'est Lucy Atkins qui se charge de vocaux, qui demeurent assez rares.

Ici, Cradle joue sur l'effet de surprise avec un album plus extrême, moins alambiqué et le résultat est plutôt satisfaisant, même si l'on se retrouve avec des morceaux déstabilisants, voire dérangeant de par leur sonorité. Ainsi, Lilith Immaculate et Forgive Me Father (I Have Sinned) se démarquent par leur côté plus accessible, où Dani emploie une voix plus claire, et surtout où la musique se rapproche grandement du metal symphonique de base, style Nightwish époque Once, avec des lignes de guitare très lisses et un aspect moins inquiétant, paradoxal au milieu du reste. Deux mauvaises pioches pour Cradle qui se rapproche de l'easy listening et à moins d'en faire le fond de commerce d'un nouvel album, on peut espérer que ce ne sont là que deux mauvais choix au milieu d'autres compositions plus rentre-dedans et plus jouissives, où le clavier s'incruste de façon intéressante, sans chercher à être l'élément moteur.

Les fans de la première heure risquent encore de se trouver confronter à leur incompréhension. Cradle ne cherche pas à proposer deux fois le même album et s'échine à ce que chacun ait sa propre personnalité. Celle de celui-ci est violente, à l'échelle de ce qu'a fait le groupe par le passé. Encore une raison de les critiquer, encore une raison de retrouver une formation facilement honnie par les amateurs du genre. Cradle Of Filth se renouvelle une fois encore, avec plus ou moins de réussite et demeure leur album le plus intéressant depuis Nymphetamine, quatre ans plus tôt. Reste à savoir s'il trouvera son public.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Darkly, Darkly, Venus Aversa - Infos

Voir la discographie de Cradle Of Filth
Infos de Darkly, Darkly, Venus Aversa

Sortie : 1 novembre 2010
Genre : Black Metal Symphonique
Label : Peaceville Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The Cult of Venus Aversa (07:07)paroles de The Cult of Venus Aversa
2. One Foul Step From the Abyss (04:53)paroles de One Foul Step From the Abyss
3. The Nun with the Astral Habit (04:55)paroles de The Nun with the Astral Habit
4. Church of the Sacred Heart (03:56)paroles de Church of the Sacred Heart
5. The Persecution Song (05:34)paroles de The Persecution Song
6. Deceiving Eyes (06:32)paroles de Deceiving Eyes
7. Lilith Immaculate (06:12)paroles de Lilith Immaculate
8. The Spawn of Love and War (06:19)paroles de The Spawn of Love and War
9. Harlot on a Pedestal (05:09)paroles de Harlot on a Pedestal
10. Forgive Me Father (I Have Sinned) (04:33)paroles de Forgive Me Father (I Have Sinned)
11. Beyond the Eleventh Hour (07:16)paroles de Beyond the Eleventh Hour
écouter : Ecouter l'album

Cradle Of Filth

Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Grim Scary Tales
Grim Scary Tales
2011

Macabre
Macabre
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts: