Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Jupiter

Chronique de Jupiter

Atheist  - Jupiter (Album)

Retour sans fanfare



Même si ces dernières années ont été témoin d’une profusion de reformations en tous genres, dont la légitimité pu paraître parfois douteuse, concernant notamment la résurgence de quelques entités Death Metalliques fossilisées qui exerçaient une influence non négligeable au siècle passé (citons parmi les plus connues Pestilence et Asphyx), il est difficile de ne pas éprouver une certaine excitation à l’idée de la parution inopinée d’une nouvelle livraison de ce groupe phare, aussi influent que mythique. Réunis à nouveau depuis 2006, ce n’est pourtant qu’aujourd’hui que ces vétérans, instigateurs d’un aspect résolument esthétique et sophistiqué du Death Metal (au même titre que leur comparses de Cynic également revenus d’entre les morts), nous font enfin le privilège de nous gratifier de compositions flambant neuves.

Le groupe splitta en effet en 1994 après avoir suscité la béatitude de quelques esprits anti-conformistes, et éveillé certaines consciences à une conception jusque là inédite d’un Metal de la mort encore sous l’emprise de la fougue hystérique de sa jeunesse, prouvant que ce style jusque là majoritairement bovin et ancré dans ses clichés, pouvait, au même titre que son ancêtre direct le Thrash technique (dont Coroner, Mekong Delta ou Watchtower comptaient parmi les plus brillants représentants), être lui aussi propice à une large plage d’expression instrumentale et faire l’objet d’un champ d’expérimentations harmoniques et rythmiques infini, tout en conservant sa verve vindicative. Une expression novatrice et plus réfléchie qui n'a hélas pas vraiment trouvé sa place auprès d'un auditoire, à l’époque encore trop immature et impétueux.
En effet, alors qu’une écrasante majorité d’amateurs ne jurait que par la frénésie sacrificielle de l'Ange Morbide, les délires satanico-juvéniles de Glen Benton, ou se plaisait encore à patauger joyeusement dans le cortège de viscères et autres ablations génitales laissées par les bouchers de Cannibal Corpse, Atheist paraissait quelque peu isolé avec sa vision atypique de l’art brutal. Une vision qu’il exposa dès 1989 avec le semi-révolutionnaire Piece Of Time, suivi de près par le gargantuesque Unquestionable Presence et s’achevant sur le luxuriant Elements.

Récupéré par l’omnipotent Season Of Mist, fort d’un line-up recomposé doublé d’une indéniable maturité, et réapparaissant à une époque où le Metal n’a jamais été aussi éclectique, le gang de Steve Flynn et Kelly Schaefer dispose donc aujourd’hui de toutes les cartes pour exploser réellement à la face du monde.
Seulement voilà, nous ne sommes plus en 1990, et les deux décennies séparant le triptyque d’anthologie de ce Jupiter semblent avoir creusé un gouffre abyssal. Deux décennies durant lesquelles la jeune garde su se montrer particulièrement brillante et inventive, franchissant nombre de limites et repoussant le style dans ses derniers retranchements, tant sur le plan de la violence et de la virtuosité que sur celui de la sophistication et de la mélodie.
Dès lors, la découverte de cette nouvelle pièce d’orfèvrerie ne produit malheureusement pas l’effet escompté. Pas de méprise cependant : les musiciens d’Atheist demeurent parmi les plus doués et impressionnants qui soient, mais le disque du haut de sa petite demi-heure, se contente seulement de synthétiser le savoir-faire exposé sur les albums précédents. On retrouve donc avec ferveur mais sans grande surprise, les assemblages aux complexités harmoniques si particulières de ces esthètes floridiens, ayant gardé intact leur goût prononcé pour les constructions progressives; pour les fameuses crises d’épilepsies rythmiques constellant les morceaux de cassures subites et de redoutables contre-temps; pour les breaks imprévisibles et également pour un sens inné de la subtilité mélodique, apportée par les interventions de guitares foisonnantes et toujours aussi volubiles.

Pourtant, on ne pourra pas s’empêcher de constater que malgré la bonne volonté et le savoir-faire déployés ici, Jupiter accuse le poids des années d’inactivité de ses géniteurs. Les morceaux ne détiennent effectivement pas le panache, la fraîcheur, et surtout l’étincelle de génie qui se distinguaient sur les opus précédents. Pire, ils n‘arrivent pas à maintenir notre attention jusqu‘au bout malgré un tel déploiement de talent. On pourra somme toute, porter ce désappointement au crédit d’une exigence à laquelle nos oreilles sont progressivement devenues tributaires, habituées durant toutes ces années de laminage sonore, à apprivoiser la fureur instrumentale dans tous ses excès et aujourd'hui avides de toujours plus de surprises pour assouvir leur besoin d’enthousiasme sensoriel.
Toujours est-il que, techniquement parlant, les titres sont tout de même moins attractifs que par le passé, paraissant plus réservés mais aussi plus fades et convenus. Notons également une basse bien moins expressive et ébouriffante; plus de dissonances ainsi qu'une baisse de variation harmonique, impliquant de ce fait des mélodies beaucoup moins fraîches et percutantes. Pour finir, le chant de Kelly Shaefer, même s’il n’a jamais vraiment versé dans le guttural, a considérablement perdu en puissance, et son timbre criard de type plaintif inspire désormais davantage une sorte d’irritante caricature colérique plutôt qu’une réelle détermination.

Finalement, ce qui aurait dû être une véritable lame de fond ne sera juste qu’un bon disque de Death technique, raffiné et vigoureux, et constituera à n’en pas douter un vrai régal pour les mélomanes technophiles.
Cela dit, même si Atheist ne parviendra probablement plus à étonner un auditoire de plus en plus exigeant, il lui restera quoi qu’il arrive une estime quasi-unanime, et le mérite d’avoir compté parmi ceux ayant secrètement incité toute une génération de musiciens à plus de discernement, de mesure et de créativité. Un lot de consolation des plus honorables, mais l’amertume est quand même d’admettre que l’on s’attendait à autre chose. Quelque chose d'encore plus entreprenant, d'encore plus fou, repoussant des limites encore insoupçonnées… Et non…



Une chro en (8.5/10)
  Afficher / masquer la traduction automatique
  Voir l'article original



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Très bonne chronique...tout est dit et je partage cette impression, il manque en effet cette petite touche qui aurait fait de ce disque un indispensable...ce sera pour le suivant j'en suis sur....
jeu. 9 déc. 10- 17:13  
Merci à toi ! En effet, j'ai été quelque peu déçu par cet opus, mais comme tu le dis, espérons que leur talent légendaire explose pleinement sur le prochain !
jeu. 9 déc. 10- 17:36  


Jupiter - Infos

Voir la discographie de Atheist
Infos de Jupiter
acheter sur Amazon
Sortie : 8 novembre 2010
Genre : Death Metal Technique & Progressif
Label : Season of Mist
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Second to Sun (04:04)listenparoles de Second to Sun
2. Fictitious Glide (04:53)paroles de Fictitious Glide
3. Fraudulent Cloth (03:24)paroles de Fraudulent Cloth
4. Live and Live Again (03:39)paroles de Live and Live Again
5. Faux King Christ (04:02)paroles de Faux King Christ
6. Tortoise the Titan (03:40)paroles de Tortoise the Titan
7. When the Beast (04:57)paroles de When the Beast
8. Third Person (04:08)paroles de Third Person
écouter : Ecouter l'album



Atheist

Albums chroniqués :
Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Atheist
Atheist
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Kindly Bent to Free Us
Kindly Bent to Free Us
2014

Chronique de Re-Traced
Re-Traced
2010

Cynic
Cynic
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gnostic
Gnostic
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis


Monstrosity
Monstrosity
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts: