Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Aqua

Chronique de Aqua

Angra  - Aqua (Album)

Et un de plus !

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


ANGRA… Voila un groupe qui était intéressant. J’ai découvert ces brésiliens il y a quelques années déjà avec, grand sacrilège pour les fans, leur album Rebirth et leur changement radical de line-up. La plupart des autres s’en étant allés monter le groupe SHAMAN puis le groupe solo d’André Matos, premier chanteur du groupe.

Toujours est-il que sur les albums pré-Rebirth, seul Fireworks m’avait laissé de marbre… Un peu particulier et pas franchement le meilleur album du groupe.

Et là, à la première écoute, je pourrais dire que, mis à part le changement de chant, on est pas loin du tout premier album. Ce Aqua semble vouloir revenir à ses origines. Laissant même un peu plus de place aux claviers sur le premier morceau du groupe (si l’on met de côté la traditionnelle intro qui maintenant est chose obligatoire pour la bande à Loureiro).

En tout cas les musiques s’enchainent de façon agréable, même pour les réfractaires à un genre que l’on pouvait croire voué à mourir vue la tonne de groupes que le genre recense. Au contraire, ANGRA, sans forcément renouveler totalement le genre, arrive encore à nous surprendre grâce à ce petit plus qui lui est propre. D’une part, même si le genre s’y prête, aucun chant suraigu vocalisé n’est présent. La voix se vouant même à un chant bien heavy comme sur ce "The Rage of the Waters" qui sent bon l’ANGRA du début 2000.

La virtuosité est encore une fois de mise et avec des éléments surprenants. Le solo de basse de ce même "The Rage of the Waters" s’accompagne de percussions. Et les orchestrations avec chœurs de "Spirit of the air" sont de toute beauté !

On pourra quand même leur reprocher un petit truc sur cet album. Contrairement à un IRON MAIDEN qui s’est (un peu trop) éloigné de ce qu’ils nous pondaient avec leur dernier album, ANGRA reste ANGRA. A comprendre que cet album pourrait sonner comme une redite pour les fans de la première heure. Mais cela n’enlève en rien la qualité des musiques écrites ici.

Un bon album en somme !



Angra aura su formidablement traverser la crise identitaire qui menaçait de le faire choir de son piédestal. Dans la tourmente d'une scission orageuse et complexe, il aura fait naitre, dans la douleur de quelques albums moyennement captivant, une nouvelle personnalité propre. Dés lors son Heavy/Ethnique aux relents Progressifs s’est, aidé par la maturité acquise par ses expériences et par la volonté de ses aspirations, mué en un Heavy/Prog épuré, quelques peu, de ses habitudes les plus tribales et de ses mœurs orchestraux au bénéfice de compositions à la grandiloquence moins ambitieuses mais aux constructions plus complexes. La décision semblait irrévocable et Aurora Consurgens en témoignait avec une conviction sans faille. Le chapitre était donc clôt et le groupe semblait décider à ne pas se laisser aller à la nostalgie d’un passé bien révolu.

Or dès l’entame de ce Aqua, Angra nous transporte dans les méandres de ces lieux à jamais enluminés par les stigmates les plus caractéristiques de ce qu’il fut autrefois et qu’il semblait ne plus vouloir être. Ainsi dès les prémisses d’un Arising Thunder aux propos vif et aux rythmes enlevés, dont la vigueur est souligné adroitement par des constructions joliment mélodique précédant les refrains, le ressentis qui transperce l’auditeur est celui d’un étonnement. D’une simplicité de composition peu habituelle, le morceau s’inscrit dans le digne héritage des premiers méfaits des brésiliens. Cette impression est d’autant plus prégnante que le préambule de Awake the Darkness laisse entrevoir subrepticement quelques notes de percussions et un magnifique interlude Piano, violon.

Ces deux titres, colorés et entrainants, simples et mélodiques mais aussi délicieux et efficaces laisse alors présager d’un album, certes, un peu confondant de par sa vision au regard tourné indiscutablement vers le passé mais assurément séduisant.

Le périple en ces lieux antiques se poursuit au creux d’un Lease of Life plus intimiste ou les lignes de piano ont, encore une fois, d’étranges familiarités avec celle composés autrefois et avec un The Rage of the Waters plutôt rapide et incisif à l’interlude aux syncopes légèrement ethniques dont Ricardo Confessori, de retour parmi les siens, a le secret. Au bout de cette dernière escale, le paysage qui nous fut offert n’est pas, à proprement parlé, inoubliable mais à le mérite d’être très attachants.

Malheureusement le reste du voyage est bien moins plaisant.

Si Spirit of The Air propose une perspective assez désolante, mû par ses atmosphères guillerettes ennuyeuses accentuées par un refrain consternant de niaiserie niaise, il n’est, malencontreusement, que le premier signe de cette décadence. Le premier, certes, mais pas nécessairement le pire. En effet, si Hollow aurait possédé, malgré un refrain un peu anémique, la tenue suffisante pour figurer dans la première, et attachante, moitié de cette œuvre, il n’est pas aisé d’en dire autant de A Monster in her Eyes. Ce dernier, d’une lourdeur maladroite, engourdis irrémédiablement l’esprit de l’auditeur. D’autant plus que ces suivantes, A Weakness of A Man et Ashes, sont incapables de redonner ce souffle salvateur à un album qui s’éteins sans éclat aucun. Moins énergique et âpre que la première partie de cette œuvre, la seconde sombre donc dans une certaine fadeur, selon moi, insipide entrainant le navire dans les eaux acerbes d’un ennui amer.

De manière plus générale, il faut encore parler du choix de ces musiciens de la terre de braise concernant certaines mélodies qui dénaturent de manière un peu atterrante les titres de cet album. Laissant dangereusement glisser l’ensemble parfois, vers une naïveté doucereuse propre à d’autre style bien moins intéressant et bien plus fédérateur, à l’instar de So Near So Far seul véritable faute de gout de l’album Aurora Consurgens, les brésiliens empruntent, en effet, parfois des chemins assez discutables.

Une première partie tout relativement séduisante suivi d’une seconde nettement en deçà. Certaines mélodies trahissant un positionnement artistique contestable. De nombreuses infimes références souvenirs d’un passé enterré. Voilà quels sont les traits de caractère principaux de ce terne Aqua.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Et pour la promotion de cet album, un jeu en flash à la Guitar Hero : http://www.guitarflash.com.br/angra/
mar. 24 août 10- 13:00  


Aqua - Infos

Voir la discographie de Angra
Infos de Aqua
acheter sur Amazon
Sortie : 11 août 2010
Genre : Power Metal
Label : Voice Music
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Viderunt te aquae (01:01)paroles de Viderunt te aquae
2. Arising thunder (04:52)listenparoles de Arising thunder
3. Awake from darkness (05:54)paroles de Awake from darkness
4. Lease of life (04:30)listenparoles de Lease of life
5. The rage of the waters (05:34)paroles de The rage of the waters
6. Spirit of the air (05:23)paroles de Spirit of the air
7. Hollow (05:30)paroles de Hollow
8. A monster in her eyes (05:15)paroles de A monster in her eyes
9. Weakness of a man (06:12)paroles de Weakness of a man
10. Ashes (05:11)paroles de Ashes
écouter : Ecouter l'album

Angra

Albums chroniqués :
Chronique de Secret Garden
Secret Garden
2015

Chronique de Best Reached Horizons
Best Reached Horizons
2012

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Chronique de Aqua
Aqua
2010

Angra
Angra
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Power Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:


Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie


Iced Earth
Iced Earth
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: