Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Relentless Retribution

Chronique de Relentless Retribution

Death Angel  - Relentless Retribution (Album)

 6 
10

La fin d'une saison



Il y a quelques temps déjà, Death Angel avait fait son grand retour sur le devant de la scène Thrash avec le fabuleux The Art Of Dying. Mais il nous attendait au tournant avec Killing Season ! Et aujourd’hui, c’est avec un album tout frais tout neuf qu’il refait surface, toujours sous la bannière aidante de Nuclear Blast.

Et avec Relentless Retribution, il risque bien de faire crouler quelques nuques à la rentrée (le 3 septembre plus exactement).
Très vite, le groupe nous embarque dans sa tornade de Thrash décapant à souhait. On remarquera un léger accent mis sur un son plus moderne (notamment la batterie, dirigée désormais par Will Caroll) et une puissance plus affirmée. Les guitares inspirées et tranchantes sont évidemment au rendez-vous, mais avec un petit laisser-aller par moment qui nous fait apprécier le disque, mais sans plus. Paradoxalement, certains passages montrent un groupe qui tente d’innover et qui nous surprend. Avec un chant clair plus présent, des guitares pseudo-acoustiques par moments, des rythmes cassés, effrénés, ralentis et accélérés. Bref, on voit bien que les Thrashos ricains ont quelque chose de nouveau à proposer, mais l’effet est vite annulé par des parties plus que dispensables qui n’apportent pas grand-chose au style, ni même au groupe.

Mais attention, le disque n’est pas pour autant mauvais ! C’est juste qu’on ne sait pas vraiment sur quel pied danser lors de certains morceaux. Et le son un peu trop moderne ne colle pas toujours avec la personnalité que l’on connaissait à Death Angel. Claws In So Deep par exemple est un peu déstabilisant, et placé en seconde piste, le choix n’est pas forcément judicieux. Surtout qu’on enchaîne directement avec Truce dans lequel Death Angel injecte toute sa puissance dévastatrice, ses mélodies percutantes pour un rendu des plus efficaces. En somme, Relentless Retribution est un disque assez instable dans l’ensemble et il manque de cohérence pour être apprécié pleinement. En revanche, si on prend chaque titre un par un, on a de très bonnes choses, mais aussi des moins bonnes.

Au final, Relentless Retribution a le mérite de vouloir innover un peu, même si c’est souvent fait de manière maladroite. Mais ce qu’on ne pourra enlever à ce disque, c’est la puissance dont il fait preuve, et sa capacité à nous faire secouer le coup dans tous les sens. Death Angel reste Death Angel, il ne peut donc pas être mauvais !

(0) Modifier l'article
par Pit, le 10 août 2010
Voir toutes les chroniques de Pit

Album décevant...

Cet article n'a pas été écrit par un membre de l'équipe officielle de Metalship, et n'engage donc que son auteur, pas la rédaction du webzine.


Il aura fallu deux ans à nos philippins de DEATH ANGEL pour donner suite au très bon Killing Season. Deux ans loin d’être calme puisque le groupe a vu deux de ses membres fondateurs quitter le navire. En effet, Dennis Papa et Andy Galleon (basse & batterie) sont partis de leur chef pour des raisons qui, selon l’interview consacré à Rock Hard, semblent être d’ordre financier.

Cependant, même si ce Relentless Retribution est un cran en deçà de son prédécesseur, ce changement de line up ne change pas grand-chose du point de vue des compositions puisqu’il nous donne un successeur, bien qu’un peu moins bon, dans la même lignée que Killing Season. Les morceaux, à l’image de Relentless Revolution ou de Truce, sont accrocheurs et prennent assez rapidement. Et malgré cette touche moderne (exit le thrash old school, on laisse ça aux petits jeunes qui arrivent) et une production très propre (trop ?) le groupe garde certains aspect des 80’s comme l’outro du titre d’ouverture ou encore ses chorus tout en vibrato sur ce Relentless Revolution.

Cependant, cet album décèle le très bon, comme le facile, et moins bon. Preuve en est avec ce Claws In So Deep un peu trop évident. Le groupe mise sur la facilité et lorgne du côté du metal trop actuel. On se prend donc à comparer ce morceau à un morceau qu’aurait pu pondre Evergrey avec ses chœurs, ses soli façon power metal et son outro, pourtant habituel chez le groupe, acoustique qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Certes le groupe n’a jamais caché au public son affection pour l’acoustique sur ses précédents albums. Mais là, on se demande ce qu’une telle fin vient faire sur un morceau pareil. Ils misent sur une donne que l’on n’a pas l’habitude et qui ne colle pas avec nos attentes pour un tel groupe. Donc certes, c’est joué par RODRIGO Y GABRIELA (qui ont avoués être fans de ce que font DEATH ANGEL, et vice versa), mais quelle est son utilité ?

A tempo équivalent, on préfèrera Into The Arms Of Right qui est bien plus convaincant et plus dans la lignée de la renaissance Death Angel (après la séparation de 1990). Dans ce titre, le côté power heavy ne ressort pas et laisse la rage du groupe s’échapper. Cependant, l’album, malgré quelques titres plus mitigés, verra des titres plus pêchus tenir le haut du pavé comme les deux précités ou encore ce River Of Rapture.

Une question subsiste cependant à l’écoute de cet album. Où est donc passée l’identité du groupe ? Car l’impression que les groupes thrash mondiaux se copient les uns les autres se fait clairement ressentir. Si l’on prend les derniers SODOM, KREATOR ou DEATH ANGEL, la ressemblance entre les compo des trois est frappante. Car même si certains morceaux se voit gratifier d’une marque de fabrique (récente) comme le pont de River Of Rapture ou l’on a droit à une envolée de notes qui rappelle l’âge d’or du Thrash, cet album, tout en étant bon, sent un peu le réchauffé. Que ce soit en rapport aux sorties actuelles ou à son prédécesseur. Seules quelques notes agrémentées d’un bon vieux vibrato des familles par ci par là viennent donner ce petit plus à des titres qui ont déjà été entendus, ou donnent cette impression.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Là, comme ça... Je dirais The Art Of Dying. Furieux, inspiré, puissant... Malgré ses petits défauts, ce disque est vraiment sympa.
Sans être l'album de Thrash de l'année, il secouera quelques nuques !

lun. 23 août 10- 15:30  
bon bah je vais me laisser tenter alors..merci Pitchounet.
lun. 23 août 10- 16:26  
De rien, bonne écoute !
lun. 23 août 10- 16:52  


Relentless Retribution - Infos

Voir la discographie de Death Angel
Infos de Relentless Retribution
acheter sur Amazon
Sortie : 3 septembre 2010
Genre : Thrash Metal
Label : Nuclear Blast
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Relentless Revolutionparoles de Relentless Revolution
2. Claws In So Deepparoles de Claws In So Deep
3. Truceparoles de Truce
4. Into The Arms Of Righteous Angerparoles de Into The Arms Of Righteous Anger
5. River Of Raptureparoles de River Of Rapture
6. Absence Of Lightparoles de Absence Of Light
7. This Hateparoles de This Hate
8. Death Of The Meekparoles de Death Of The Meek
9. Opponents At Sidesparoles de Opponents At Sides
10. I Chose The Skyparoles de I Chose The Sky
11. Volcanicparoles de Volcanic
12. Where They Layparoles de Where They Lay
écouter : Ecouter l'album

Death Angel

Death Angel
Death Angel
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Testament
Testament
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Storm Within
The Storm Within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Sodom
Sodom
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : Allemagne

Concerts:
Rapports de concerts:

Kreator
Kreator
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: