Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de A thousand suns

Chronique de A thousand suns

Linkin Park  - A thousand suns (Album)

 2 
10

Journal



Non lâchez-moi! Lâchez-moi! Les gens doivent savoir! Le monde doit être mis au courant! C'est un imposteur! Ce n'est pas Linkin Park! Ecoutez-moi! Ecoutez-mo...

Note 1: Ce qui va suivre est le début d'une bombe. Ce que vous allez lire ne doit pas être connu des forces impériales de la musique. Mettez au courant votre entourage. Si on vous interroge, niez tout en bloc, il n'y a pas de documents, pas de révélations, pas de sources. J'ai retrouvé le journal de ce malheureux matraqué à la TV. Ne vous demandez pas comment. Il est en ma possession, et il est porteur d'un message: le dernier Linkin Park est une merde. Une merde atomique, comme le suggère son thème.

Note 2: A méditer: on vous vend de la merde, le monde est de la merde, et surtout le monde de la musique. On vous construit des moules que l'on beurre d'insipidité et vous rentrez dedans, prêt à cuire. Après cuisson, vous vous faites bouffer, mais il reste un peu de vous sur les parois du moule, du coup, on se rappelle du goût, on retente la recette. A thousand suns c'est un peu la grosse margarine du pauvre annoncé comme étant du beurre demi-sel fermier breton. Et certains pensent que c'est toujours mieux que de bouffer des pâtes sèches. Soit. Et des pâtes enroulées de scrotum ça vous branche? Je pense que non. Aiguisez votre palais, même s'il n'est pas utile d'être fin gourmet pour sentir une pointe d'acidité.

Minutes to Midnight était une pompe à fric, A thousand of suns a le mérite d'être autre chose, car il se situe quelque part entre le commercial et l'underground. Oubliez le format radio, Linkin Park a choisi de produire quelque chose de profondément Electro/Pop à tendance Rap/R'n'b, et donc de s'écarter de la Pop pure moisie servie avec son précédent essai. Nul risque de retrouver Linkin Park dans un Hybrid Theory 2 - ce qui ne serait pas intéressant soit disant - tant le combo s'est aventuré et perdu dans un trip que même Jack Lang ne pourrait comprendre. Digérez cela, et lisez la suite.

Note 3: Vous êtes prêt à entendre la triste démonstration du prophète - qui doit être mort à l'heure qu'il est - quant à A thousand shits? Notons plusieurs choses:

1) L'album ne comporte réelement que neufs morceaux, le reste n'étant qu'interlude (six) ce qui fait peu et beaucoup en même temps.
2) Chester a disparu, à entendre par là qu'il a laissé sa place à Mike plus encore que de coutume. D'un côté tant mieux, le chanteur s'est fait mielleux à la place de violence (citons pêle-mêle "Iridescent", le laxatif) mais de l'autre, Mike s'est assagi.
3) Les interludes auraient pu faire croire à un album excellent tant elles peuvent apparaitre mystérieuse ou travaillée ("The Requiem"et "The Radiance" surtout).

Pour le reste, beaucoup de choses peuvent relever du goût. Linkin Park semble s'être enfoncé dans une musique mélangeant toutes les tendances majeures du moment, jusqu'à donner un résultat travesti. Le single "The Catalyst" est véritablement une des plus mauvaises choses qui soit arrivée à la formation depuis "Shadows of the day". On ne pouvait y croire, ils l'ont fait. Les guitares n'existent plus, seuls résonnent une batterie enregistrée sur Audacity, des claviers qui détrônent les années 80 sur le plan du mauvais goût et surtout des mélodies faciles faites pour rameuter les foules ou les faire fuir, histoire de ET rassembler la masse ET tenter une approche du côté des amateurs de l'électro expérimentale. L'essai pourrait paraitre intéressant, et il l'est en partie, quand Linkin Park cherche des choses plus originales, malheureusement super mal exploitées ("When they come for me", au chant Rap et aux sonorités purement Electro aurait pu être la bonne, mais elle berce dans le trop vide, à mi-chemin entre Jay-Z et 50 Cent) ou pseudo-atmosphériques ("Robot Boy" et son solo de clavier à la Jean-Michel Jarre version sans idées). Ceux qui cherchent le Linkin Park plus violent retrouveront un Chester plus énervé sur "Blackout" qui transpire quand même le moisi tant ses lignes de chant clair sont mauvaises, son rythme plat et son break foireux.

Note 4: Retenez bien cela: Linkin Park est mort. Linkin Park n'est plus. Il a évolué dans ce que les musiciens voulaient (et ça fait peur) et peut être dans ce que le public voulait, un truc sur lequel bouger en boite. Et encore! L'objectif risque bien d'être compromis. L'idée de changement est toujours bonne à prendre chez un groupe, mais là c'est de trop. Minutes to Midnight était bien le début de la fin annoncé. Si vous n'êtes pas convaincu, alors attardez-vous sur A thousand suns, qui, à défaut d'être érigé en héros, pourra être magnifié comme monument au mort, à la mémoire du possible grand groupe au seul grand album et exemple de ce que l'on peut rater dans sa vie.

Et n'oubliez pas: Fuck le profit facile. Ce que vous avez lu n'existe pas.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Blackout apparaît dans Fifa 11... Chester gueule un peu sur cette piste. Et elle n'est pas trop indigeste en fait. Surtout quand je suis en train de faire la composition de mon équipe ou de regarder le classement de la Premier League. Mais la première fois que j'ai entendu la zik, j'ai halluciné en voyant défiler en bas de l'écran "Blackout - Linkin Park - A Thousand Suns". Holy shit !
mar. 7 juin 11- 17:04  
Ah j'étais plié Prométhée ! Ca me donne envie de l'écouter juste pour partager tes émotions
mar. 7 juin 11- 18:40  
Blackout est pour moi la meilleure chanson de cet album , toutes les autres sont vraiment limite limite ...
ven. 24 août 12- 17:05  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

A thousand suns - Infos

Voir la discographie de Linkin Park
Infos de A thousand suns
acheter sur Amazon
Sortie : 14 septembre 2010
Genre : Electro/Pop
Label : Warner Bros
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. The Requiem (02:01)paroles de The Requiem
2. The Radiance (00:58)paroles de The Radiance
3. Burning in the skies (04:13)paroles de Burning in the skies
4. Empty spaces (00:18)paroles de Empty spaces
5. When they come for me (04:56)paroles de When they come for me
6. Robot boy (04:29)paroles de Robot boy
7. Jornada del muerto (01:35)paroles de Jornada del muerto
8. Waiting for the end (03:52)paroles de Waiting for the end
9. Blackout (04:40)paroles de Blackout
10. Wretches and kings (04:15)paroles de Wretches and kings
11. Wisdom, Justice and Love (01:39)paroles de Wisdom, Justice and Love
12. Iridescent (04:57)paroles de Iridescent
13. Fallout (01:23)paroles de Fallout
14. The Catalyst (05:40)paroles de The Catalyst
15. The Messenger (03:02)paroles de The Messenger
écouter : Ecouter l'album



Linkin Park

Linkin Park
Linkin Park
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Enhancer
Enhancer
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Disturbed
Disturbed
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Skeamp
Skeamp
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:
  • Skeamp - 10 mai 08 (Lavans les St Claude)