Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Monotheist

Chronique de Monotheist

Celtic Frost  - Monotheist (Album)

 9 
10

Come back de la décennie ? Huh !



Lorsque Monotheist est sorti en 2006, les plus jeunes n'ont pas tout de suite compris quel genre de disque ils tenaient entre leur mains avides de sensations fortes. Ils ne savaient pas forcément tout ce que Celtic Frost représentait pour la scène extrême dans sa globalité, voire plus loin (de Obituary et Darkthrone, tous sont d'accord pour dire l'influence qu'à eu sur eux la musique des Suisses, sans oublier Dave Grohl, grand fan devant l'éternel, qui n'a pas hésité un instant à inviter Tom G. Warrior sur l'album Probot). Bref, ils connaissaient peut-être Celtic Frost de nom, certains savaient que le groupe a eu son importance dans les années 80. Mais les années 80, c'est loin et un tel come back n'est pas sans créer la suspicion. Les plus anciens, eux, assistaient à un petit miracle. Warrior et Martin Eric Ain enterraient la hache de guerre et travaillaient sur un nouvel opus du Frost ! C'en était désespéré ! Car les anciens ne l'avaient peut-être pas compris tout de suite, mais Celtic Frost allait dessiner le futur du metal. Les musiciens eux-même ne s'en étaient pas rendus compte, pas immédiatement en tout cas.

Il restait à savoir si le groupe allait encore se lancer dans un avant-gardisme déboussolant, comme à l'époque bénie des To Mega Therion et autres Into The Pandemonium. Est-ce que Celtic Frost avait encore la capacité de s'imposer sournoisement sur une scène en perpétuelle mutation ? Est-ce que l'absence de Reed St Mark n'allait-elle pas être préjudiciable pour la formation ? Car St Mark, débarrassé de graves problèmes d'alcool, restait encore trop affaibli pour rejoindre l'équipée sauvage.

Entre 2002 et 2005, Celtic Frost travaillera cet album, aidé à la production par Peter Tägtgren, autre grand fan des Suisses. Trois ans, c'est long. Le groupe allait-il repartir là où il avait laissé ses affaires, comme les inédits de la compilation Parched With Thirst Am I And Dying ? En fait, non. Celtic Frost revient dans un style qui s'apparente au doom, un doom froid, glauque et souvent très inquiétant. Et ce qui a de génial, c'est que l'on retrouve certains sons typiques du Frost, dans l'utilisation des guitares, avec une pratique de la dissonance que la formation a souvent appliquée pour créer une musicalité malsaine à ses compositions. Le chant de Warrior a aussi beaucoup évolué. On retrouve la rudesse qu'il employait sur les premiers efforts, dans les années 80, mais là encore retravaillé, dans le fond comme dans la forme. Fini le ton un peu traînant que l'on retrouvait à partir de Into The Pandemonium, fini la limpidité vocale. La voix se veut plus grumeleuse, plus sale, proche du cri, quand elle ne vire pas dans le cri. Mais il sait aussi chanter d'une façon plus posée, faisant étrangement penser à Tilo Wolff de Lacrimosa dans cet exercice (Drown In Ashes).

Le chant féminin est également présent. Il a été une constante pour Celtic Frost, qui s'était ingénié à créer des pièces théâtrales mettant en scène Warrior et une jeune femme. Ici encore, on retrouve cette tendance, mais le chant féminin, par volonté, se veut moins affirmé. Celtic Frost joue sur un côté éthéré qui vient filer la chair de poule à chaque interventions, belles à pleurer (Drown In Ashes encore, ou encore le délicat Obscured).

On remarquera aussi le travail fait sur les arrangements. Les interventions d'invités se font en toute discrétions, mais elles s'entendent tout de même, accentuant le côté claustrophobique de l'ensemble. Un titre comme Os Abysmi Vel Daath, d'une construction doom très classique, gagne beaucoup en efficacité par l'injonction d'une chanteuse d'opéra qui ne s'impose pas plus que de nécessaire. L'ambiance se fait tout de suite plus froide, hantée en un mot.

Ce disque, centré sur la religion, se termine sur un triptyque glauque à souhait. Tout commence avec un Totengott littéralement effrayant, où les cris inhumains de Martin Eric Ain viennent hérisser les poils sur les bras, tandis que la musique se fait plus spatiale, plus calme. Une confrontation de styles terrifiante et réussie, pour une longue introduction à l'une des pièces maîtresse de l'album, Synagoga Satanae, sale, malsaine, pourrissante, où les choeurs sont comme une marche funèbre qui vous entraînent vers un trépas infernal. Malgré onze minutes affichées au compteur, on ne voit pas le temps passer et on se laisse guider jusqu'au Winter (Requiem, Chapter Three : Finale), un instrumental jouée avec des instruments classiques (violon, etc...), qui ferme lugubrement un disque froid et captivant.

Celtic Frost est donc revenu avec un album de doom, ôtant sa cape d'avant-gardisme volontaire pour quelque chose de plus classique, de nos jours. Mais malgré tout, le talent d'écriture et la qualité des interprétations fait que le groupe, pas peu fier d'être culte, signe là un disque culte. Qui traversera les générations comme les précédentes réalisations et continuera longtemps à marquer les esprits. Malgré ce succès, aussi logique qu'inespéré pour un groupe resté si longtemps dans l'ombre, Celtic Frost s'est séparé. Les musiciens ne voulaient pas suivre Tom G. Warrior dans sa volonté d'aller vers quelque chose d'encore plus malsain, ce dernier a donc décidé de partir, scellant ainsi l'avenir du Frost, pour faire perdurer son esprit au sein de Triptykon.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Monotheist - Infos

Voir la discographie de Celtic Frost
Infos de Monotheist
acheter sur Amazon
Sortie : 29 mai 2006
Genre : Avant Garde Metal
Label : Century Media Records
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Progeny (5:01)à écouter en premierécouterparoles de Progeny
2. Ground (3:55)écouterparoles de Ground
3. A Dying God Coming into Human Flesh (5:39)écouterlistenparoles de A Dying God Coming into Human Flesh
4. Drown in Ashes (4:23)culte !culte !paroles de Drown in Ashes
5. Os Abysmi Vel Daath (6:41)à écouter en premierparoles de Os Abysmi Vel Daath
6. Obscured (7:04)culte !culte !paroles de Obscured
7. Domain of Decay (4:38)paroles de Domain of Decay
8. Ain Elohim (7:33)paroles de Ain Elohim
9. Totengott (4:27)paroles de Totengott
10. Synagoga Satanae (14:24)à écouter en premierécouterparoles de Synagoga Satanae
11. Winter: Requiem/Chapter Three: Finale (4:32)paroles de Winter: Requiem/Chapter Three: Finale
écouter : Ecouter l'album



Celtic Frost

Celtic Frost
Celtic Frost
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suisse




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Eparistera Daimones
Eparistera Daimones
2010

Chronique de Eparistera Daimones
Eparistera Daimones
2010

Triptykon
Triptykon
Voir la page du groupe
Création : 2009
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Frozen In Time
Frozen In Time
2005

Chronique de World Demise
World Demise
1994

Chronique de Cause Of Death
Cause Of Death
1990

Chronique de Slowly We Rot
Slowly We Rot
1989

Obituary
Obituary
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Darkthrone
Darkthrone
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Schattenspiel
Schattenspiel
2010

Chronique de Sehnsucht
Sehnsucht
2009

Chronique de I Lost My Star
I Lost My Star
2009

Chronique de Lichtjahre DVD
Lichtjahre DVD
2007

Lacrimosa
Lacrimosa
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Gothique Metal
Origine : Allemagne