Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Dragontown

Chronique de Dragontown

Alice Cooper  - Dragontown (Album)

 7 
10

Second volet terminal d'une trilogie



Après 6 ans de silence studio, il n'est pas étonnant de voir Alice Cooper pris d'une certaine frénésie musicale, surtout que depuis le Brutal Planet de 2000, il a commencé un nouveau chapitre de sa vie en voulant faire une trilogie conceptuelle sur la détresse de ce monde de c**s. Avec ce second volume, il explore ce que peut être l'après vie.

Moins indus que son grand frère, Dragontown en garde néanmoins des traces, que ce soit musicalement en de rares occasions, surtout en ce qui concerne des voix trafiquées. Avec une orientation plus rock, le disque regorge de morceaux hautement explosifs, comme le titletrack, Triggerman ou encore le puissant I Just Wanna Be God. On plonge dans l'univers de sieur Vinvcent Furnier (officiellement Alice Cooper à temps plein) et on se rend compte que c'est toujours aussi grand guignolesque et glauque. On ne sait pas sur quoi on va tomber à chaque détour de morceaux. Ballade cauchemardesque ? Hard rock survitaminé ? Composition obscure avec des relents indus discrets ? Alice ne laisse rien au hasard et se fend d'un disque honnête, même si on est loin de la qualité d'un The Last Temptation.

En effet, le Cooper peut se montrer décevant depuis Brutal Planet. L'apport des machines pour être plus moderne n'est pas forcément la meilleure idée qu'il ait eu. L'ensemble se veut Heavy par moment, mais pas forcément des plus intéressant malgré de bons moments sur les deux premiers volumes de cette trilogie. Ainsi, si l'on prend son pied sur I Just Wanna Be God ou sur les glauques Sex, Death And Money et Somewhere In The Jungle, on peut s'ennuyer ferme sur des morceaux comme Fantasy Man ou Sister Sara. On ne peut pas parler d'un manque de cohésion dans l'ensemble. Ce serait juste qu'en définitive, un Alice Cooper qui flirte avec les sonorités indus, c'est moins bandant qu'un Alice Cooper qui joue un rock'n'roll endiablé. D'ailleurs, Cooper décidera que le troisième volume de la trilogie ne verra jamais le jour, Dragontown mettra un point final avec les expérimentations avec les machines. A l'écoute de The Eyes Of Alice Cooper, l'opus suivant, on en peut qu'approuver son choix.

Dragontown n'est pas un mauvais disque en soit, mais comme Brutal Planet, on a du mal à être complètement satisfait par cette production. Un disque honnête dans une carrière que l'on a connu plus avantageuse;



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires




Dragontown - Infos

Voir la discographie de Alice Cooper
Infos de Dragontown
acheter sur Amazon Table './nanoroux_bdd/images' is marked as crashed and should be repaired