Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Dream Evil

Chronique de Dream Evil

Dio  - Dream Evil (Album)

La fin du rêve



Deux ans après un Sacred Heart qui manquait un peu de conviction, Dio revient avec ce Dream Evil et surtout, avec un nouveau guitariste du nom de Craig Goldie (ex Rough Cutt) en lieu et place de Vivian Campbell. Et en fermant les yeux, on peut se dire que le lutin facétieux a presque réussi à retrouver une perle, un musicien aussi imaginatif que Campbell. Presque. Et toute la nuance tient dans ce mot.

Le rendu se veut plus heavy que sur Sacred Heart. Paradoxalement, le clavier est plus présent sur ce disque, on l'entend mieux et on apprécie son apport mélodique, qui permet à Ronnie James Dio de se mettre en valeur. Goldie, quant à lui, semble bien avoir étudié le Ritchie Blackmore Illustré, tant ses riffs ont un petit quelque chose du Rainbow de la grande époque. La chanson titre n'est pas sans évoquer le ManOf The Silver Mountain de l'Arc-en-Ciel dans son approche, avant que la mélodie vocale ne vienne complètement changer la donne. Mais de surprises, il n'en est pas vraiment question.

Le groupe a une approche très classique, et fait sobrement étalage de son talent sur des compositions racées, soignées, qui peuvent prendre une tournure épique des plus séduisantes. Certaines compositions sont mêmes comparable à une vague de sentiments qui vous balaient comme un simple coquillage sur la plage. Ainsi, malgré une production assez faiblarde, All The Fools Sailed Away, le long de ses sept minutes, vous bousculera intérieurement, avec sa montée en puissance irrésistible, fantastique. Assurément le moment fort de cet album qui n'en manque pas. Pas franchement en fait.

Parce que si on ne connait pas le groupe de Ronnie James Dio, on ne peut que s'agenouiller devant cet opus, qui se veut magistral. Mais comme il l'a été dit précédemment, l'album ne surprendra pas les fans. Dio chante bien, les musiciens jouent bien, le côté FM a été gommé pour permettre à la formation d'être plus percutante, plus incisive, mais il manque ce petit plus, cette touche d'originalité qui aurait permis à ce disque de se démarquer de ses grands frères. Dio fait du Dio, à savoir cette habile alchimie entre la lourdeur de Black Sabbath et le sens de l'épique du Rainbow des débuts. C'est bien fait, mais est-ce bien suffisant pour rester dans les mémoires comme un incontournable ?

Là réside le problème majeur de ce Dream Evil bien foutu. Il n'y a pas grand chose à redire sur la forme, qui est donc un retour à une formule plus heavy, proche de The Last In Line. En revanche, si on insiste sur le fond, il manque un grain de folie qui aurait pu modifier la donne. Mais Dream Evil, c'est également le disque qui symbolise la fin de l'âge d'or pour Dio, qui posera douloureusement un genou à terre par la suite. Bref, autant savourer cet opus, déjà entendu, qui n'étonnera même pas dans sa construction. La triste lassitude de l'habitude.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


Un album que j'adore, moi, possédant également "The last in line", "Holy diver" et "Sacred heart" pour la même époque. C'est vrai que "All the fools"... j'en ai des frissons rien que de l'évoquer.
dim. 25 oct. 09- 00:21  
Comme dit, l'album est bon. 6.5/10, sur Metalship, défini un bon disque. Mais s'il n'y avait pas eu Holy Diver et The Last In Line avant, j'aurai bien mis plus. C'est juste que Dio peine alors à se renouveler, mais ça reste très agréable. Merci pour ton commentaire.
dim. 25 oct. 09- 11:39  


Dream Evil - Infos

Voir la discographie de Dio
Infos de Dream Evil
acheter sur Amazon
Sortie : 21 juillet 1987
Genre : Heavy Metal
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Night people (04:09)paroles de Night people
2. Dream evil (04:28)à écouter en premierparoles de Dream evil
3. Sunset superman (05:48)à écouter en premierparoles de Sunset superman
4. All the fools sailed away (07:13)à écouter en premierparoles de All the fools sailed away
5. Naked in the rain (05:12)paroles de Naked in the rain
6. Overlove (03:49)paroles de Overlove
7. I could have been a dreamer (04:46)paroles de I could have been a dreamer
8. Faces in the window (03:53)paroles de Faces in the window
9. When a woman cries (04:42)paroles de When a woman cries
écouter : Ecouter l'album



Dio

Dio
Dio
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Rainbow
Rainbow
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dream Evil
Dream Evil
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Silverthorn
Silverthorn
2012

Chronique de Ghost Opera
Ghost Opera
2007

Chronique de The Black Halo
The Black Halo
2005

Chronique de Epica
Epica
2003

Kamelot
Kamelot
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: