Retour à l'accueil
Chronique
Chroniques :: Chronique de Songs From The Sparkle Lounge

Chronique de Songs From The Sparkle Lounge

Def Leppard  - Songs From The Sparkle Lounge (Album)



Lorsqu’un artiste inscrit son art dans une certaine temporalité, démarquer chacune de ses créations de la précédente est d’une rare complexité si tant est que ces œuvres ne résultent pas d’un profond désir intérieur évolutif de recherche de soi. Cette quête identitaire peut s’avérer captivante dans des activités aussi variées que la sculpture ou encore la peinture, donnant naissance à des vocations souvent transdisciplinaires, laissant, parfois, libre court à la géniale imagination. Elle condamne pourtant la musique contemporaine à un inextricable tourment. Comment évoluer sans trahir ? Comment se renouveler sans se dénaturer ? Et donc, comment trouver ce juste équilibre entre évolution et continuité ?

Les britanniques de Def Leppard nous avaient laissés avec les amères désillusions nées à l’écoute d’un X bien trop dévoué à un Rock/Pop stérile pour ceux qui, comme votre humble serviteur, ont toujours l’infime espoir d’y trouver un minimum de vigueur et d’intensité dû aux genres affiliés au Hard/Metal. Un minima que ce X n’offrait en rien, plongeant ainsi son auditoire dans une déconvenue. Cette déroute artistique instaurait irrémédiablement à l’égard de ces britanniques, une irrépressible fébrilité inquiète quant à leur positionnement musical à venir. Et c’est, effectivement, le sentiment qui étreignait ceux qui avaient suivis la déliquescence artistique de cette musique certes mélodiques mais toujours suffisamment ‘‘âpre’’ pour ne pas, jusqu’alors, sombrer d’un Hard-FM à autre chose de nettement plus mielleux, nettement plus harmonieux et nettement moins attachant. Cet adoucissement musical, dilution créative, tant redouté étant désormais un fait, le conjuguer à ces interminables années de silence s’écoulant inexorablement, devient alors une source de préoccupation supplémentaire.

Et c’est en cette année 2008, que Def Leppard décide, enfin, de revenir avec ce nouvel effort, Songs from the Sparkle Lounge. Exception faites de diverses compilations et d’un album de reprises, nul n’aura entendu de nouveaux titres concernant les anglais depuis la sortie de son dernier véritable album studio six ans auparavant. Nul doute que cet interminable temps passé ne saurait être de nature rassurante concernant le visage caractéristique du Def Leppard de ces années 2000 bien trop épisodiquement exposé. Si la seule certitude certaine concerne l’harmonieuse musicalité qui sera indéniablement prépondérante, personne ne peut affirmer de manière convaincu de la teneur précise de cet œuvre avant sa sortie.

Il apparait, d’emblée, que le dessein de Def Leppard est celui d’intégrer ses différents caractères, parfois perturbant, au sein de sa musique. Ainsi peut-on sentir exhaler de cet album les parfums d’un passé proche. Cette album est dans le prolongement du propos d’Euphoria, et donc d’Adrenalized et d’Hysteria, mais également dans une moindre mesure de celui de Slang, dont le titre Go, orphelin esseulé pourrait être issu. Les anglais composent donc un mélange certes plus convaincant et efficace que précédemment, mais dont le résultat demeure déconcertant. Outres un très bon Nine Lives, où Tim McGraw acteur et chanteur réputé de l’univers folklorique américain vient enrichir un titre dont le riff principal a des relents blues/country, pour un résultat délicieux ; le reste demeure moyen.

Bien évidemment Def Leppard aura su retrouver quelque peu de sa superbe et de sa, relative, pugnacité mais en des titres bien trop convenues et bien trop peu inspirés pour réellement nous satisfaire pleinement. Ainsi un C’mon C’mon, titre pourtant sympathique mais au refrain complètement raté, ou encore Only the Good Die Young, mais aussi, par exemple, Tomorrow ne sont que des variations sur un thème déjà proposé par le groupe. Bad Actress, sorte de Rock/Boogie endiablé parvient, tout de même, à nous sauver d’une dangereuse léthargie. Le titre, à défaut d’être inédit, demeure efficace. Seul Gotta Let It Go, dont les couplets ont des allures de douces romances et dont les refrains sont d’une rare efficacité, suscite l’éveil d’un infime intérêt.

Ce Songs from the Sparkle Lounge, loin d’une remarquable rédemption exemplaire, constitue un premier pas vers une éventuelle rémission. Les britanniques convalescent de Def Leppard renouent, fort de ce disque, avec une certaine conception plus attachante de la musique qui fut, autrefois, la leur avant un désastreux X. Si le résultat demeure moyennement réussi et moyennement captivant, il reste formidablement encourageant pour peu que le groupe ne bascule pas, à nouveau, dans ces travers d’antan.



Chroniquer cet album

Avis des chroniqueurs :
 



Chronique précédente

Tout

Chronique suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Songs From The Sparkle Lounge - Infos

Voir la discographie de Def Leppard
Infos de Songs From The Sparkle Lounge
acheter sur Amazon
Sortie : 5 mai 2008
Genre : Hard Rock
Label : Mercury
Playlist :
voir paroles : Voir les paroles
1. Go (03:20)paroles de Go
2. Nine lives (03:22)à écouter en premierparoles de Nine lives
3. C'mon c'mon (04:04)paroles de C'mon c'mon
4. Love (04:17)paroles de Love
5. Tomorrow (03:35)paroles de Tomorrow
6. Cruise control (03:03)paroles de Cruise control
7. Hallucinate (03:16)paroles de Hallucinate
8. Only the good die young (03:33)paroles de Only the good die young
9. Bad actress (03:03)paroles de Bad actress
10. Come undone (03:33)paroles de Come undone
11. Gotta let it go (03:55)paroles de Gotta let it go
écouter : Ecouter l'album



Def Leppard

Def Leppard
Def Leppard
Voir la page du groupe
Création : 1977
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Noises From The Cathouse
Noises From The Cathouse
2004

Chronique de Spellbound
Spellbound
1981

Tygers Of Pan Tang
Tygers Of Pan Tang
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni


Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: